Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

RV sur le blog d'une curieuse ! Curieuse de TOUT ! Tout m'intéresse ! Difficile à gérer ! Esthète, aussi, je vais spontanément vers les arts (peinture, sculpture, dessin, photo, la danse classique et l'opéra passionément !...) Mais, les sujets de société, notre alimentation, notre santé, le règne animal, l'environnement m'interpellent tout autant ! Et puis, j'ai mes révoltes !... )

Publié le par Daniele
Publié dans : #SANTE - BEAUTE - BIEN-ÊTRE, #SCIENCE

Une équipe de chercheurs suggère que les symptômes de la maladie de Parkinson pourraient être la conséquence d’un type de bactéries vivant dans notre intestin.

La maladie de Parkinson trouverait son origine dans l’intestin!
La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative caractérisée par la destruction des neurones à dopamine. Elle constitue à ce jour la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente en France après la maladie d’Alzheimer.
 
Les causes exactes de cette maladie sont incertaines même si l’âge reste le principal facteur de risque et qu’il existe une susceptibilité génétique. Mais selon des travaux récents menés par des chercheurs de l’Université d’Alabama à Birmingham, aux États-Unis, une modification du microbiome intestinal pourraient également constituer un facteur de risque important.
 
"Nous savons qu’une flore intestinale bien équilibrée est essentielle au maintien de la santé en général et que des modifications dans la composition du microbiote intestinal sont liés à toute une gamme de troubles" , explique le chercheur Haydeh Payami qui a participé à l’étude.
 
Les chercheurs expliquent avoir analysé les échantillons de microbes intestinaux de 197 patients atteints de la maladie de Parkinson à Seattle, New York et Atlanta (représentant trois régions distinctes des États-Unis) pour ensuite comparer les échantillons avec ceux prélevés sur 130 personnes qui ne sont pas atteintes par la maladie.
 
Non seulement les résultats montrent des différences marquées dans le nombre et les types de bactéries entre les deux groupes, mais ils ont également permis de remarquer une différence dans le métabolisme de divers médicaments.
En d’autres termes, soit les différents médicaments pris par les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont également un impact unique sur les bactéries, soit leur microbiote affectait la manière dont leur corps avait répondu aux divers traitements pharmaceutiques.
 
Des micro-organismes dans notre système digestif sont connus pour jouer un rôle important dans la dégradation des xénobiotiques, les produits chimiques qui ne sont normalement pas censés être présents à l’intérieur d’un organisme.
Cela comprend non seulement les médicaments utilisés pour traiter des affections telles que la maladie de Parkinson, mais aussi des produits chimiques tels que les pesticides et les herbicides.
Étant donné que les agriculteurs semblent être plus sujets à la maladie de Parkinson que le reste de la population (notamment à cause des produits chimiques qu’ils utilisent), il est donc possible que les bactéries dans leurs intestins puissent être les premières victimes de leur corps.
 
"Il se pourrait qu’un médicament modifie le microbiome de sorte qu’il provoque des problèmes de santé supplémentaires sous la forme d’effets secondaires chez certaines personnes" , explique le scientifique.
"Une autre considération est que la variabilité naturelle du microbiome pourrait être une raison pour laquelle certaines personnes bénéficient d’un médicament donné, tandis que d’autres y sont insensibles. La pharmacogénomique -qui adapte les médicaments en fonction de la constitution génétique d’un individu- aura peut-être besoin de prendre le microbiome en considération à l’avenir".
 
L’intestin est le foyer permanent d’une communauté diversifiée de bactéries bénéfiques et parfois nocives importante pour le développement et la fonction des systèmes immunitaire et nerveux.
Et nous savons que le système nerveux de l’intestin est directement relié au système nerveux central par le nerf vague.
 
Ces travaux suggèrent que des changements dans la composition des populations de bactéries intestinales peuvent donc contribuer à la détérioration des capacités motrices, le principal symptôme de la maladie. À terme, le microbiote pourrait être utilisé comme un biomarqueur pour identifier les patients à risque et faire l’objet d’une nouvelle approche pour traiter en amont la maladie de Parkinson.

Source

 

par Brice Louvet
9 mars 2017, 12 h 25 min

pour

SciencePost

 

Commenter cet article

My name is Danièle...

Hypersensible, hyperémotive, je suis une écorchée vive. Franche et sincère, l'injustice, la malhonnêteté, le mensonge me révoltent... Point fort : courageuse. Point faible : l'affectif est mon talon d'Achille ! Mes refuges : le beau, l'élégant, le rare, le précieux, l'amitié, le partage... La nature, les animaux...

Articles récents

 

 

 

Hébergé par Overblog