Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

RV sur le blog d'une curieuse ! Curieuse de TOUT ! Tout m'intéresse ! Difficile à gérer ! Esthète, aussi, je vais spontanément vers les arts (peinture, sculpture, dessin, photo, la danse classique et l'opéra passionément !...) Mais, les sujets de société, notre alimentation, notre santé, le règne animal, l'environnement m'interpellent tout autant ! Et puis, j'ai mes révoltes !... )

Publié le par Danièle
Publié dans : #HORTICULTURE-HERBORISTERIE, #LA GAZETTE DES ARTS, #LES MERVEILLES DE LA NATURE...

anglais... de la villa Hanbury, en images :

À deux pas de Vintimille, la villa Hanbury marie la splendeur des jardins botaniques anglais du XIXe siècle avec la douceur du climat méditerranéen. Créée par une famille de passionnés, les Hanbury, cette propriété rassemble sur 18 hectares des espèces florales collectées aux quatre coins du monde.

 

La villa Hanbury dans son environnement verdoyant face à la mer.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
Tout près de la frontière de Vintimille, la villa Hanbury abrite l'un des jardins botaniques les plus renommés d'Europe, avec pas moins de 7 000 espèces de plantes.
 
Cette belle propriété, aujourd'hui gérée par l'Université de Gênes, s'étend sur 18 hectares :
elle couvre tout un flanc de colline depuis le petit village de Mortola Inferiore et suit un dénivelé de 100 m avant de se jeter dans la Méditerranée. Une moitié est couverte de maquis méditerranéen, l'autre de plantes tropicales et subtropicales ramenées du monde entier.
 

Plantes venues d'autres mondes

 

La lumière exceptionnelle de la Riviera, alliée à la douceur de son climat attirèrent, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, nombre d'Anglais et de Français fortunés atteints de tuberculose, avant qu'ils ne découvrent que l'air des montagnes suisses était mieux adapté au traitement de leur maladie.
 
À la même époque, les botanistes vinrent installer des collections de plantes exotiques qui n'auraient pas survécu aux latitudes du nord de l'Europe. Leur choix s'avéra judicieux :
bon nombre des jardins magnifiques qu'ils créèrent existent toujours comme le Domaine du Rajol ou la Villa della Pergola auxquels lefigaro.fr a récemment consacré des articles.
 
Les frères Thomas et Daniel Hanbury, riche commerçant et voyageur expert de l'Orient pour le premier, pharmacien et botaniste passionné pour le second, installèrent à Mortola Inferiore un véritable jardin d'acclimatation pour le plaisir d'admirer la beauté de ces plantes venues d'autres mondes et pour mener des recherches pharmacologiques à visée économique.
 
Plantes et semis arrivèrent d'abord du domaine familial Hanbury à Clapham Common, puis des Kew Gardens de Londres, puis de Paris, de Montpellier, des autres jardins de la Riviera française, d'Afrique, d'Australie, d'Amérique. Cecil Hanbury, fils de Thomas, finança des expéditions botaniques au Mexique, au Chili, en Inde et en Afrique du Sud.
 

Jardin mexicain

 

Toute l'originalité du jardin Hanbury réside dans la variété des expositions à la lumière, à l'humidité et aux vents, qui génèrent autant de microclimats.
 
En parcourant ses chemins sinueux ponctués de fontaines, pergolas et belvédères, le visiteur traverse ainsi un nombre étonnant de collections.
On passe d'une petite forêt australienne peuplée d'eucalyptus et de melaleucas à un jardin mexicain abritant nombre de cactées et de plantes succulentes, une collection d'agaves ainsi que 200 espèces d'aloès.
Les «Giardinetti» abritent roses et pivoines anciennes. Ensuite, il suffit de traverser la via Julia Augusta, ancienne voie romaine, en empruntant un petit pont pour découvrir plus de 120 variétés de sauge. On hume les fleurs, les feuilles et les écorces du jardin des parfums.
Dans la «Piana», parmi les agrumes anciens on s'étonne devant le pamplemoussier Shaddock (Citrus maxima) dont certains fruits peuvent peser jusqu'à 1800 grammes! Dans le verger de fruits exotiques, le goyavier de Chine (Psidium Cattleianum), originaire… du Brésil, ne manque pas d'étonner avec ses ravissants fruits rouges en forme de baies et au goût de fraise des bois.
Les pergolas sont recouvertes de roses, passiflores, glycines, thunbergias. L'allée des Cycas, l'allée des Oliviers, la palmeraie et la pinède complètent le paysage mais ne terminent pas la liste des arbres remarquables.
 
Les jardins se visitent tous les jours dès 9h30. Attention aux jours et horaires de fermeture qui sont variables selon la saison.
 
 
Les petites fleurs de la Russelia equisetiformis (aussi nommée "Goutte de sang" ou "Fontaine de corail") laissent entrevoir le mur en pierre sèches qui soutient les terrasses taillées à même la colline.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
La Brachychiton discolor est un arbre plutôt fragile oridinaire d'Australie. Les graines sont protégées par une capsule de poils irritants. Mieux vaut les ramasser avec des gants !
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Communément appelé "Tilleul d'appartement" , la Sparmannia africana appartient à la famille des tiliacées. Cultivée comme plante d'intérieur sous nos latitudes, elle peut atteindre 4 mètres de haut dans son pays d'origine, l'Afrique du sud. Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Dorothy, l'épouse de Cecil Hanbury, particvipa à la création du jardin et assura son entretien lors des deux guerres mondiales. Ses cendres reposent sous ce "Temple des quatre saisons".
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Originaire d'Amérique du sud, la Brugmansia ou, "Trompette des anges", est utilisée par les chamans lors des cérémonies religieuses en raison de ses propriétés hallucinogènes. Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Le splendide flamboyant bleu ou "Arbre à huîtres" (Jacaranda mimosifolia) fleurit au début de la saison chaude avec un feuillage très réduit. Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
L'arbuste Callistemon Viminalis "Little John", originaire d'Australien doit son surnom de "rince-bouteilles" à ses inflorescences rouges en forme de goupillon. Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Le jardin est pardemé de belles constructions comme ce pavillon construit à partir d'un dessin de Sir Thomas Hanbury.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
La fontaine 'Nirvana' fut réalisée en 1872 Ludovico Winter, jardinier qui fit beaucoup pour le développement du parc de la Villa Hanbury.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Le polygala myrtifolia est une plante sud-africaine à feuillage persistant qui fleurit toute l'année. Ses jolies fleurs mauves et blanches ressemblent à celles du pois de senteur.
 
 
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
L'Haemanthus Coccineus ou "Lys Pinceau", est une plante originaire d'Afrique du sud. Son nom latin dérive du grec haima (sang) et anthos (fleur). Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
On trouve le Geranium Palmatum surtout dans les îles atlantiques comme Les Canaries ou Madère. Ses feuilles ont des lobes qui rappellent la paume d'une main. Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
La Corète du Japon (Kerria japonica) porte le nom de William Kerr, botaniste anglais du XIXème siècle, qui l'introduisit en Europe en 1834 . Ici, la variété "pleniflora" dotée d'opulentes fleurs doubles.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Le buste de Sir Thomas Hanbury a été dressé sur la terrasse de la villa , ouverte sur la mer et la Riviera.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Vue sur l'une des façades de la villa Hanbury. Le bâtiment fut construit au XIX siècle, probablement sur les ruines d'une ancienne villa romaine. Sir Thomas Hanbury entreprit sa rénovation en 1867.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
Le hameau de Mortola inferiore, où se trouve la villa, se situe seulement à 3 km de la frontière française.
Crédits photo : Daniela Guglielmi/Archivio GPH.
 
 
 
 
Par
Mis à jour

Commenter cet article

My name is Danièle...

Hypersensible, hyperémotive, je suis une écorchée vive. Franche et sincère, l'injustice, la malhonnêteté, le mensonge me révoltent... Point fort : courageuse. Point faible : l'affectif est mon talon d'Achille ! Mes refuges : le beau, l'élégant, le rare, le précieux, l'amitié, le partage... La nature, les animaux...

Articles récents

 

 

 

Hébergé par Overblog