Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

RV sur le blog d'une curieuse ! Curieuse de TOUT ! Tout m'intéresse ! Difficile à gérer ! Esthète, aussi, je vais spontanément vers les arts (peinture, sculpture, dessin, photo, la danse classique et l'opéra passionément !...) Mais, les sujets de société, notre alimentation, notre santé, le règne animal, l'environnement m'interpellent tout autant ! Et puis, j'ai mes révoltes !... )

Publié le par Danièle Chauvet
Publié dans : #CULTURE ET POESIE...

Le Centre Pompidou de Metz réunit 600 photographies et oeuvres réalisées par des paparazzis ou inspirées de leur travail. L’exposition « Paparazzi ! Photographes, stars et artistes » met en lumière une esthétique née d'images volées. Visite en photos !

Fallait-il faire entrer dans un musée national les paparazzis et leurs clichés ?

« L’exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes a pour ambition de définir les caractéristiques de cette esthétique », affirme Clément Chéroux, commissaire de l’exposition, qui a lieu jusqu’au 9 juin prochain, au Centre Pompidou de Metz.

 

Non, les photos de paparazzis ne sont pas des oeuvres d’art.
Mais, oui, elles influencent depuis cinquante ans certains artistes, et au final, nos propres codes esthétiques, expliquant ainsi la démarche du site.


Des techniques douteuses

C’est par un tapis rouge que les visiteurs accèdent aux différentes salles, sous le crépitement oppressant des flashes.
Un cliché de 1959 montre les photographes amassés au pied de l’avion d'où va descendre l’actrice Anita Ekberg :
vertige assuré !
Le paparazzi serait-il la face noire d’une société hypermédiatisée, un anti-héros, sorti de l’ombre par Federico Fellini en 1965 avec sa « Dolce Vita » ?
Ce voleur d’images a recours à des techniques douteuses pour piéger ses proies :
la planque, la traque, les appareils d’espion avec téléobjectifs, des informateurs rémunérés… Un cliché de Bismarck sur son lit de mort, datant de 1898, rappelle que les premières images volées ont été popularisé avec les revues illustrées du début du XXe siècle, quand la photo a commencé à remplacer la gravure.
Les années 1960 se révèlent un tournant décisif.


Nouveaux codes esthétiques

Les paparazzis de renom tels Tazio Secchiaroli, Ron Galella, Pascal Rostain et Bruno Mouron, sans oublier la cohorte de leurs confrères anonymes, auraient fait plus qu’assouvir le voyeur qui est en nous en immortalisant les stars, hommes politiques, têtes couronnées...
Leurs photographies au grain marqué, leurs plans au téléobjectif, le flash utilisé de près, le voile de flou, tout comme les gestes de rébellion des stars qui ripostent en se cachant le visage, tirant la langue, levant un doigt dans l’espoir de gâcher les photos, ont créé un genre qui a inspiré les artistes contemporains au moment de créer leurs propres oeuvres.
 
Dès les années 1960, quand les photographes shootent les stars au plus près, « à la matador », l'un des pères du pop art, Richard Hamilton, y trouve matière à inspiration, tout comme Andy Warhol qui réalise ses tableaux avec des unes de magazines people.
 
Dès 1962, Richard Avedon, s’inspire des images volées du couple Richard Burton-Elizabeth Taylor pour réaliser une série d'images de mode pour une ligne de vêtements dans un style paparazzi… complètement truqué !
Dans son sillage, d’autres photographes suivront, donnant à cette pratique ses lettres de noblesse.
 
 
Relaxnews
 
Photo : © Jean Pigozzi/Centre Pompidou, Mnam-Cci, Dist. RMN-Grand Palais
image courtesy CAAC – The Pigozzi Collection

 

Paparazzi ! Photographes, stars et artistes.

Jusqu'au 9 juin 2014

Centre Pompidou de Metz.

Tous les jours sauf le mardi.

 

Entrée :

euros, gratuit pour les moins de 26 ans.

 

 


Le site du Centre Pompidou de Metz
 

 

Commenter cet article

My name is Danièle...

Hypersensible, hyperémotive, je suis une écorchée vive. Franche et sincère, l'injustice, la malhonnêteté, le mensonge me révoltent... Point fort : courageuse. Point faible : l'affectif est mon talon d'Achille ! Mes refuges : le beau, l'élégant, le rare, le précieux, l'amitié, le partage... La nature, les animaux...

Articles récents

 

 

 

Hébergé par Overblog