Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts...

RV sur le blog d'une curieuse ! Curieuse de TOUT ! Tout m'intéresse ! Difficile à gérer ! Esthète, aussi, je vais spontanément vers les arts (peinture, sculpture, dessin, photo, la danse classique et l'opéra passionément !...) Mais, les sujets de société, notre alimentation, notre santé, le règne animal, l'environnement m'interpellent tout autant ! Et puis, j'ai mes révoltes !... )

Publié le par Danièle Chauvet
Publié dans : #LA GAZETTE DES ARTS, #GRANDS PEINTRES...

Biographie
 

Pierre Auguste Renoir est le fils d'un modeste tailleur :
né à Limoges le 25 février 1841, il débute à Paris à quatorze ans comme peintre sur porcelaine, puis travaille comme graveur sur médailles, tout en peignant des éventails et des stores.

En 1862, il étudie avec Gleyre, rencontre Monet, Sisley et Pissarro. Avec eux, mais aussi d'autres peintres comme Degas et Cézanne, ou avec le photographe Nadar, ils se rencontrent au café Guerbois et organisent ensemble la première et historique exposition impressionniste.
Renoir, en raison peut-être de la douceur de ses toiles, de leur facture fondues et de la luminosité de leur atmosphère, fut l'un des premiers à être accepté du public.

Peu à peu, il s'éloigne des impressionnistes, surtout après un voyage en Italie (1881) où il est frappé par Raphaël et par les fresques de Pompéi.
De retour en France, il copie Ingres, utilise des couleurs plus acides qu'il subordonne à une construction structurée ( "Les Grandes Baigneuses", 1884-1887).
 
Analyse et historique de l'oeuvre :
Voici un tableau peu connu de Renoir et pourtant trés réaliste qui mérite d'etre étudié de pres. C'est une oeuvre qui se détache de l'impressionisme car trés réaliste et qui rend hommage aux maitres anciens.
Cette peinture , bien que plus proche du classicisme, sera pas trés apprécié du public et des critiques. L'oeuvre présente des jeunes femmes en train de se baigner.
A gauche les deux femmes assises sur les bords du fleuves dont des formes généreuses, presque scupturales, inspirées à la fois de l'art grec et romain et de l'art de la renaissance.
La jeune femme assise au premier plan ne pose pas, elle est représentée alors qu'elle fait un mouvement instinctif, qui peut paraitre maladroit et sans grace comme pour se protéger des éclaboussures d'eau froide que sa compagne de droite menace de lui lancer par jeu. Le personnage au centre de la composition se détache du fond paysager et les feuilles font resortir sa peau blanche, considéré comme un symbole de beauté.
On peut remarquer que l'artiste nous peint une végétation avec des couleurs claires et trés lumineuses qui donne un aspect enchantée.
 


Vers 1888, après cette période "aigre", Renoir peint des nus de jeunes filles en plein air, des paysages et des scènes d'intimité. Atteint de rhumatismes articulaires, il continue de peindre, le pinceau attaché à la main.

Il meurt à Cagnes le 3 décembre 1919.
 
Portrait de Auguste Renoir
 
 
Éloge à Auguste Renoir
 
« Le propre des Impressionnistes, peignant directement devant la nature, a été de faire apparaître les objets sous les colorations fugitives et changeantes, dont les variations de la lumière et les effets de l'atmosphère pouvaient les revêtir.
 
Les objets, reproduits par eux, ont pris une coloration plus vive et plus diaprée, que celle qu'ils avaient jusqu'alors reçue des peintres retenus dans l'atelier.
Les champs, les bois, les rivières et la mer se sont nuancés, sous le pinceau de ces Impressionnistes qui ont été surtout des paysagistes, Pissarro, Claude Monet, Sisley, Guillaumin, d'une variété de tons imprévue.
 
Ce que les autres avaient fait pour le paysage, auquel ils s'étaient avant tout consacrés, Renoir l'a fait pour les êtres humains.
Les personnages qu'il a peints apparaissent colorés, dans un ensemble clair, plein de combinaisons de tons, ils forment partie d'un tout lumineux.
 
En considérant l'ensemble de son œuvre, on reconnaît qu'il a surtout été le peintre de la femme. Il l'a pénétrée d'une sensualité d'ordre délicat. Il a tout le temps peint des nus d'un charme voluptueux, aux contours souples, où s'est manifestée toute sa personnalité.
 
À un certain moment, au milieu de sa carrière, il a cherché à préciser la forme de ses nus, à y introduire la fermeté des contours. Il regarde alors vers Ingres. Mais cette recherche, dans le nu, de la ligne précise n'apparaît chez lui que transitoire.
Il est vite revenu, pour ne plus l'abandonner, à la forme souple, voluptueuse et enveloppée, qui est sa manière naturelle de sentir et de s'exprimer. »
 
* Théodore Duret

Quelques oeuvres de RENOIR, et d'autres encore :

Bouquet de chrysanthèmes par Auguste Renoir/ Huile sur toile 81 × 65 cm 1884  Musée des beaux-arts de Rouen, France vers 1884.

Bouquet de chrysanthèmes par Auguste Renoir/ Huile sur toile 81 × 65 cm 1884 Musée des beaux-arts de Rouen, France vers 1884.

Dans les bois par Auguste Renoir/Huile sur toile 55,8 × 46,3 cm 1880  Musée national d'art occidental, Tokyo, Japon

Dans les bois par Auguste Renoir/Huile sur toile 55,8 × 46,3 cm 1880 Musée national d'art occidental, Tokyo, Japon

Femme au chapeau, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 56 × 46,5 cm 1891  Musée national d'art occidental, Tokyo, Japon

Femme au chapeau, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 56 × 46,5 cm 1891 Musée national d'art occidental, Tokyo, Japon

Fille aux pâquerettes, par Auguste Renoir/Huile sur toile 65,1 x 54 cm 1889  Metropolitan Museum of Art, New York, USA

Fille aux pâquerettes, par Auguste Renoir/Huile sur toile 65,1 x 54 cm 1889 Metropolitan Museum of Art, New York, USA

Fleurs dans un pot en terre cuite, par Auguste Renoir/Huile sur toile 64,8 × 54,3 cm 1869  Musée des Beaux-Arts, Boston, USA

Fleurs dans un pot en terre cuite, par Auguste Renoir/Huile sur toile 64,8 × 54,3 cm 1869 Musée des Beaux-Arts, Boston, USA

Gabrielle avec boîte à bijoux, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 81 × 65 cm 1910  Collection privée

Gabrielle avec boîte à bijoux, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 81 × 65 cm 1910 Collection privée

Grand nu, par Auguste Renoir/Huile sur toile 70 x 155 cm 1907  Musée d'Orsay, Paris, France

Grand nu, par Auguste Renoir/Huile sur toile 70 x 155 cm 1907 Musée d'Orsay, Paris, France

Jeune fille au chapeau rose et noir, par Auguste Renoir/Huile sur toile 40,6 × 32,4 cm 1890  Metropolitan Museum of Art, New York, USA

Jeune fille au chapeau rose et noir, par Auguste Renoir/Huile sur toile 40,6 × 32,4 cm 1890 Metropolitan Museum of Art, New York, USA

Jeunes filles au piano, par Auguste Renoir/Huile sur toile 116 x 90 cm 1892  Musée d'Orsay, Paris, France

Jeunes filles au piano, par Auguste Renoir/Huile sur toile 116 x 90 cm 1892 Musée d'Orsay, Paris, France

La cueillette des fleurs, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 81 X 66 cm 1897  Metropolitain Museum of Art, New York, USA

La cueillette des fleurs, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 81 X 66 cm 1897 Metropolitain Museum of Art, New York, USA

La dormeuse, par Auguste Renoir/Huile sur toile 81 X 65 cm 1897  Collection Oskar Reinhart am Römerholz

La dormeuse, par Auguste Renoir/Huile sur toile 81 X 65 cm 1897 Collection Oskar Reinhart am Römerholz

La Grenouillère, par Auguste Renoir/Huile sur toile 66 x 81 cm 1869  Nationalmuseum, Stockholm, Suède

La Grenouillère, par Auguste Renoir/Huile sur toile 66 x 81 cm 1869 Nationalmuseum, Stockholm, Suède

La Grenouillère (Ponton), par Auguste Renoir/Huile sur toile 65,1 × 92 cm 1869  Collection Oskar Reinhart

La Grenouillère (Ponton), par Auguste Renoir/Huile sur toile 65,1 × 92 cm 1869 Collection Oskar Reinhart

La Loge, par Auguste Renoir/Huile sur toile 80 x 63,5 cm 1874  Courtauld Institute Galleries, Londres, Angleterre

La Loge, par Auguste Renoir/Huile sur toile 80 x 63,5 cm 1874 Courtauld Institute Galleries, Londres, Angleterre

La Montagne Sainte-Victoire, par Auguste Renoir / Huile sur toile 53 × 64,1 cm 1889  Yale University Art Gallery, New Haven, USA

La Montagne Sainte-Victoire, par Auguste Renoir / Huile sur toile 53 × 64,1 cm 1889 Yale University Art Gallery, New Haven, USA

Le clown, par Auguste Renoir /Huile sur toile 193,5 x 130 cm 1868  Musée Kröller-Müller, Otterlo, Pays-bas

Le clown, par Auguste Renoir /Huile sur toile 193,5 x 130 cm 1868 Musée Kröller-Müller, Otterlo, Pays-bas

Le déjeuner des canotiers, par Auguste Renoir/Huile sur toile 130 x 175 cm 1881  The Phillips Collection, Washington, USA

Le déjeuner des canotiers, par Auguste Renoir/Huile sur toile 130 x 175 cm 1881 The Phillips Collection, Washington, USA

Le moulin de la Galette, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 131 × 175 cm 1876  Musée d'Orsay, Paris, France

Le moulin de la Galette, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 131 × 175 cm 1876 Musée d'Orsay, Paris, France

Analyse du tableau :
Cette oeuvre est sans doute la plus importante de Renoir au milieu des années 1870 et fut exposée à l'exposition du groupe impressionniste de 1877.
 
Si le peintre choisit de représenter quelques uns de ses amis, il s'attache avant tout à rendre l'atmosphère véhémente et joyeuse de cet établissement populaire de la Butte Montmartre.
L'étude de la foule en mouvement dans une lumière à la fois naturelle et artificielle est traitée par des touches vibrantes et colorées. Le sentiment d'une certaine dissolution des formes fut l'une des causes des réactions négatives des critiques de l'époque.

Ce tableau, par son sujet ancré dans la vie parisienne contemporaine, son style novateur mais aussi son format imposant, signe de l'ambition de la démarche de Renoir, est un des chefs-d'oeuvre des débuts de l'impressionnisme.
 
Le Pont Neuf, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 75,3 × 93,7 cm 1872  National Gallery of Art, Washington, USA

Le Pont Neuf, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 75,3 × 93,7 cm 1872 National Gallery of Art, Washington, USA

Les parapluies, par Auguste Renoir / Huile sur toile 180 × 115 cm 1885-1886  National Gallery, Londres, Angleterre

Les parapluies, par Auguste Renoir / Huile sur toile 180 × 115 cm 1885-1886 National Gallery, Londres, Angleterre

Mlles Cahen d'Anvers, par Auguste Renoir/Huile sur toile 119 × 74 cm 1881  Museu de Arte, São Paulo, Brésil

Mlles Cahen d'Anvers, par Auguste Renoir/Huile sur toile 119 × 74 cm 1881 Museu de Arte, São Paulo, Brésil

Mme et Mr Bernheim de Villiers, par Auguste Renoir/Huile sur toile 81 x 61,5 cm 1910  Musée d'Orsay, Paris, France

Mme et Mr Bernheim de Villiers, par Auguste Renoir/Huile sur toile 81 x 61,5 cm 1910 Musée d'Orsay, Paris, France

Odalisque, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 69,2 x 122,6 cm 1870  National Gallery of Art, Washington, USA

Odalisque, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 69,2 x 122,6 cm 1870 National Gallery of Art, Washington, USA

Paysage à Beaulieu, par Auguste Renoir /Huile sur toile 65,1 × 81 cm 1893  Fine Arts Museums of San Francisco, USA

Paysage à Beaulieu, par Auguste Renoir /Huile sur toile 65,1 × 81 cm 1893 Fine Arts Museums of San Francisco, USA

Roseraie à Wargemont, par Auguste Renoir/Huile sur toile 63,5 × 80 cm 1879  Collection privée

Roseraie à Wargemont, par Auguste Renoir/Huile sur toile 63,5 × 80 cm 1879 Collection privée

Rochers à l'Estaque, par Auguste Renoir/Huile sur toile 66,4 × 81 cm 1882  Musée des Beaux-Arts de Boston, USA

Rochers à l'Estaque, par Auguste Renoir/Huile sur toile 66,4 × 81 cm 1882 Musée des Beaux-Arts de Boston, USA

Roses dans un vase, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 61.5 x 50.7 cm Entre 1910-1917  Musée de l'Ermitage, St Petersbourg, Russie

Roses dans un vase, par Auguste Renoir/ Huile sur toile 61.5 x 50.7 cm Entre 1910-1917 Musée de l'Ermitage, St Petersbourg, Russie

Venise : Place St Marc, par Auguste Renoir/Huile sur toile 63 x 79 cm 1881  Institute of Art, Minneapolis, USA

Venise : Place St Marc, par Auguste Renoir/Huile sur toile 63 x 79 cm 1881 Institute of Art, Minneapolis, USA

L' Excursionniste ou La Randonneuse par Auguste Renoir /61,5 x 50 cm/Musée d'art moderne André Malraux, Le Havre - France

L' Excursionniste ou La Randonneuse par Auguste Renoir /61,5 x 50 cm/Musée d'art moderne André Malraux, Le Havre - France

Description :
De tous les impressionnistes, Auguste Renoir (1841-1919) est le seul à n'avoir jamais cessé de peindre la figure humaine, et plus particulièrement la femme.
 
L'Excursionniste de la collection Marande, bien que non daté, a probablement été peint vers 1888, au moment où Renoir s'attelle à la réalisation d'œuvres représentant des jeunes filles élégantes en costume de son temps. 
Les modèles choisis jouent du piano, bavardent, se promènent dans la campagne, et leur compagnie n'est pas sans rappeler l'atmosphère calme et heureuse des fêtes champêtres du XVIIIe siècle français.
 
Le personnage féminin, assis de face, regarde le spectateur, et seul le bâton de marche qu'elle tient à la main permet d'expliquer le titre de l'œuvre.
Les éléments qui constituent le paysage sont très vagues et apparaissent plutôt comme des notes colorées qui viennent soutenir la couleur plus prononcée du personnage.
Malgré l'impression de plein air qui s'en dégage, cette peinture a vraisemblablement été composée en atelier.
Œuvre de transition, L'Excursionniste est peint par superposition de couches très fines qui permettent un passage très subtil d'une couleur à l'autre.
La touche impressionniste a pratiquement disparu pour faire place à une peinture fluide et lisse.
 
Caractéristique des représentations de jeunes filles peintes par Renoir dans la première décennie du XXe siècle, ce tableau à l'atmosphère calme et lumineuse apparaît comme une image parfaite du bonheur, telle que nous l'ont transmise les maîtres de l'impressionnisme.
Auguste RENOIR/Portrait de Nini Lopez 1876 huile sur toile 54 x 39 cm © MuMa Le Havre / David Fogel

Auguste RENOIR/Portrait de Nini Lopez 1876 huile sur toile 54 x 39 cm © MuMa Le Havre / David Fogel

C'est dans La Loge, peint en 1874, que Nini Lopez fait son apparition dans la peinture d'Auguste Renoir (1841-1919).
La jeune Montmartroise, cruellement surnommée Nini-Gueule-de-Raie, y est figurée aux côtés du frère de l'artiste.
 
Bien que l'œuvre ait été immédiatement acquise par le Père Martin, Renoir, comme la plupart de ses amis impressionnistes, traverse à cette époque une période de graves difficultés financières.
Au printemps 1875, l'artiste s'installe dans un nouvel atelier sur la butte Montmartre, rue Cortot. Dans le jardin, dont le peintre apprécie l'aspect à moitié sauvage, Nini pose régulièrement.
Réputée sérieuse et ponctuelle, la jeune femme devient le modèle favori de l'artiste entre 1875 et 1879.
Elle apparaît dans au moins quatorze tableaux.

Le Portrait de Nini Lopez est peint en 1876, l'année où le peintre donne le meilleur de lui-même dans d'éblouissantes compositions comme La Balançoire ou le Bal du moulin de la Galette.
Mais Renoir multiplie au même moment les scènes intimistes et les portraits de petits formats à des fins commerciales. La toile acquise par le collectionneur havrais Olivier Senn est extrêmement proche d'une œuvre de dimensions plus réduites, Portrait de Nini Lopez (profil blond), dans laquelle la jeune femme porte exactement la même tenue : corsage blanc et noir, foulard vert et catogan noir retenant la chevelure. Les traits du modèle sont habités de cette même douceur qui confère à Nini son charme rêveur.

Le tableau, qui fait une large place à l'étude de la lumière en arrière du modèle, a vraisemblablement été exécuté à proximité de l'une des fenêtres ouvrant sur le jardin de l'atelier de la rue Cortot.
Renoir cherche alors à traduire les reflets changeants de la lumière sur la figure humaine.

Une étude menée par le Centre de recherche et de restauration des musées de France a révélé que Renoir avait réutilisé une toile déjà peinte – un paysage horizontal – et qu'il l'avait redressée verticalement avant de l'agrandir au moyen de deux bandes. L'œuvre conserve la trace de cette histoire – coups de pinceau épais sous-jacents sur le visage de la jeune femme, traitement proche de l'esquisse sur les bords latéraux –, et la liberté d'exécution qui en résulte donne à l'ensemble une extraordinaire modernité.

En 1877, alors que le talent de portraitiste de Renoir lui vaut d'obtenir de prestigieuses commandes auprès de la bourgeoisie, Nini disparaît de sa peinture à la suite de son mariage avec un acteur de troisième zone du théâtre de Montmartre, au grand dam de sa mère et de l'artiste, devenu son protecteur, qui rêvaient pour elle d'un mariage bourgeois.
 
Mais durant les six années où elle posa pour l'artiste, la jeune Nini incarna l'idéal féminin de Renoir, fait de joie et de bonheur de vivre.
Le Cabaret de la mère Anthony par Auguste Renoir/1866 -Huile sur toile -195 × 130 cm 	Nationalmuseum à Stockholm

Le Cabaret de la mère Anthony par Auguste Renoir/1866 -Huile sur toile -195 × 130 cm Nationalmuseum à Stockholm

Pierre-Auguste Renoir - Femme au chat.jpg 	Femme au chat par Auguste Renoir/ 1875 	Huile sur toile 56 × 46,4 cm National Gallery of Art à Washington

Pierre-Auguste Renoir - Femme au chat.jpg Femme au chat par Auguste Renoir/ 1875 Huile sur toile 56 × 46,4 cm National Gallery of Art à Washington

Pierre-Auguste Renoir - Femme à l'éventail.jpg 	La Femme à l'éventail par Auguste Renoir - 1881 	Huile sur toile 	65 × 50 cm - Musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg

Pierre-Auguste Renoir - Femme à l'éventail.jpg La Femme à l'éventail par Auguste Renoir - 1881 Huile sur toile 65 × 50 cm - Musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg

Mosquée à Alger par Auguste Renoir -1882 	Huile sur toile 	48,9 × 59 cm -Collection privée

Mosquée à Alger par Auguste Renoir -1882 Huile sur toile 48,9 × 59 cm -Collection privée

La Mosquée (Fête arabe)par Auguste Renoir -1881 Huile sur toile 	73,5 × 92 cm -Musée d'Orsay à Paris

La Mosquée (Fête arabe)par Auguste Renoir -1881 Huile sur toile 73,5 × 92 cm -Musée d'Orsay à Paris

Danseuse aux castagnettes par Auguste Renoir -1909 	Huile sur toile 	155 × 64,8 cm 	National Gallery à Londres

Danseuse aux castagnettes par Auguste Renoir -1909 Huile sur toile 155 × 64,8 cm National Gallery à Londres

La leçon de guitare, 1897 ; Renoir -  Huile sur toile,  Collection privée.

La leçon de guitare, 1897 ; Renoir - Huile sur toile, Collection privée.

Le thème de la guitare apparaît plusieurs fois à la fin des années 1890.
On retrouve la femme de Femme à la guitare de 1896 habillée avec la même robe, assise sur le même fauteuil et avec le même coussin.
 
Femme jouant de la guitare
1897
Huile sur toile
H. 81 ; L. 65 cm
Musée des Beaux-Arts de Lyon
 
Ce tableau est sans doute l'un des premiers d'une série de peintures représentant des hommes et des femmes jouant de la guitare que Renoir a exécutées à la fin des années 1890.
 
Ces peintures marquent un changement important dans l'art de peindre de Renoir et témoignent de son évolution vers un certain classicisme.
L'artiste abandonne ici le vêtement courant pour un costume espagnol, comme l'indiquent les nœuds de ruban rose de la robe.
 
Soigneusement divisée en zones de couleurs chaudes et froides, la composition est dominée par les lignes onduleuses de la robe, de la guitare, du fauteuil et du coussin qui viennent porter un contraste avec les verticales du fond. La robe blanche est modelée par des dégradés de blanc. Des nuances de bleu et de gris suggèrent les jeux de l'ombre et de la lumière sur le vêtement. Renoir vouait à cette époque une admiration pour les figures de fantaisie de Corot qui avait lui aussi représenté des femmes jouant d'un instrument de musique dans une ambiance intemporelle. Mais le traitement monumental des formes se réfère aussi à la tradition des maîtres anciens, plus particulièrement à Titien et Rubens.
 
Acheté au galeriste Durand-Ruel dès 1901, ce tableau impressionniste fut le premier à entrer dans les collections du musée.
 
 
*** *** ***
 
Nombreuses sources :
Eternels Eclairs - Les Peintres Célèbres - Peintres Célèbres - Rivages de Bohème - Wikipédia et, mon ami Google !
 
De très nombreuses oeuvres de Renoir sont répertoriées sur le Net. J'en ai noté plus de 400 et j'ai essayé de faire un choix représentant les diverses facettes de Renoir, en espèrant que ce travail plaira à mes amis lecteurs.
 
Merci de votre visite !
 
 
*** *** ***
 
 

Commenter cet article

My name is Danièle...

Hypersensible, hyperémotive, je suis une écorchée vive. Franche et sincère, l'injustice, la malhonnêteté, le mensonge me révoltent... Point fort : courageuse. Point faible : l'affectif est mon talon d'Achille ! Mes refuges : le beau, l'élégant, le rare, le précieux, l'amitié, le partage... La nature, les animaux...

Articles récents

 

 

 

Hébergé par Overblog